Le shopping

Cette après-midi j’étais tranquillement en train de faire la vaisselle quand j’ai entendu la porte d’entrée. Je savais que chéri rentrerait tôt aujourd’hui, j’ai donc continuer sans me préoccuper du bruit.

Tout d’un coup je me suis sentie tiré puis basculer la tête en bas. Je n’ai pas compris tout de suite ce qu’il se passait. Chéri était très en colère, j’avais fait du shopping sans son accord et j’avais caché mes achats, pas suffisamment bien puisqu’il les avaient trouvé ce matin très tôt avant de partir au travail. Il n’avait rien dit mais c’était juré que mes fesses allaient chauffer.

Chéri: «Bella, tu n’as rien a m’avouer? »
Moi: « euh non je ne comprends pas, qu’est ce que j’ai fait ? »

Chéri: « Et en plus tu te moques de moi. Je te préviens que tes fesses vont chauffer comme jamais. Alors dépêche toi d’avouer tes bêtises si tu veux pouvoir t’asseoir cette semaine »
Moi, je n’étais pas vraiment certaine de la bêtise à avouer, j’en avais plusieurs à mon actif et n’avais pas vraiment envie d’avouer une bêtise qui n’était pas encore découverte, je restais alors muette

Chéri : « très bien puisque tu le prends comme ça, tu vas voir que je déteste que l’on se moque de moi »
Ma robe fut prestement relevée et ma culotte baissée. J’étais coincée sous son bras, il m’était impossible de protéger mes fesses. La première claque frappa, elle frappa fort, suivi d’une avalanche d’autres claques. Elles étaient sèches et rapide et mes fesses me brûlèrent rapidement. J’ai eu beau gigoter et supplier rien y fit chéri était décidé à ne pas céder. Il était déjà tard et je devais aller chercher les enfants à la crèche. Chéri arrêta la fessée et m’indiqua qu’il n’avait pas fini, que cette fessée n’était qu’un prélude à ce qu’il m’attendait ce soir une fois les enfants couchés.
Cette fessée m’avait quelque peu mit en retard, je me dépêchais donc d’aller chercher les enfants.
Une fois les enfants récupérés, nourrit, lavés et couchés je dûs attendre chéri au coin.
Lorsqu’il décide enfin de s’occuper de moi au bout d’un moment qui m’a semblé une éternité, il me redemande si je n’ai rien à lui avouer. Comme je reste silencieuse il finit par me montrer l’objet de sa colère.

Moi tête baissée « pardon chéri, oui c’est vrai j’ai fait quelques achats mais j’ai vendu plusieurs vêtements sur vinted alors j’ai pensé que je pouvais »
Chéri: « depuis quand tu peux faire du shopping sans mon accord? C’est nouveau ça? Maintenant stop aux fausses excuses, tu savais que tu n’avais pas ma permission c’est pour ça d’ailleurs que tu les as cacher. Donc non seulement tu désobéis mais en plus tu me ments et tu te moque de moi. Alors autant te dire que tu es punie de shopping jusqu’à nouvel ordre mais qu’en plus la fessée que tu vas recevoir je peux t’assurer que tu vas t’en souvenir longtemps »
Je commençais déjà à pleurer sachant que mes fesses allaient prendre chère.
Chéri: « garde tes pleurs pour tout à l’heure, je peux t’assurer que tu va en avoir besoin »
Il m’attrape par le poignet et m’accompagne jusqu’au canapé avant de me basculer sur ses genoux. La fessée commence, il frappe fort et vite, cependant la fessée est largement supportable pour le moment, les fesses étant protégées par les tissus de ma jupe et de ma culotte.
Cette protection bien éphémère fut rapidement soulevée et baissée. Chéri frappait tout en me sermonnant. Il frappa jusqu’à ce que la couleur de mes fesses soient rouge soutenue, j’avais beau gigoter, pleurer, demander pardon rien n’y fit il était déterminé.
Quand enfin la fessée prit fin chéri m’envoya au lit. Cette nuit la je fut obligée de dormir sur le ventre mais j’étais sereine, je dormis comme un bébé.



Avertissement 🔞

Ce site est strictement réservé aux adultes.

Il est question de pratiques entre adultes consentants.

J'ai plus de 18 ans